Le Secteur Avicole au Sénégal

La filière avicole sénégalaise, à l’instar des pays de la CEDEAO est l’une des filières agroalimentaires les plus porteuses d’espoir pour la réduction de la pauvreté et la croissance économique. C’est ainsi que tous les pays de la CEDEAO ont retenu l’aviculture au titre des 5 spéculations agricoles stratégiques. Au Sénégal, plusieurs indicateurs l’attestent :

- sa contribution au PIB de l’Elevage est de 17%; 

- son chiffre d’affaires global a été de près de 130 milliards de FCFA en 2011; 

- Un investissement de plus de 20 milliards de Francs CFA;

- elle occupe plus de 50 000 emplois directs et indirects ; 

- avec 30% de l’offre du sous secteur traditionnel et une consommation per capita de près de 3,79 kg/an, elle demeure une source de protéines essentielle aux populations et une réponse à la lutte contre la malnutrition rurale et à l’insertion des jeunes.

La filière connait un boom spectaculaire depuis quelques années, mais reste à la merci des pressions des pays étrangers qui exigent que le Sénégal lève sa mesure suspensive pour renouer avec les importations de viandes de volailles congelées.

Le chiffre d’affaires de la filière avicole sénégalaise (hors vente d’aliments volailles) a connu une croissance de +77% % entre 2000 et 2011 passant de 72,2 à 130 milliards de FCFA. Sur la période consécutive à la mesure suspensive (2006-2011), la croissance a été de 44%. La filière avicole avec un chiffre d’affaires aussi important en douze ans devrait jouer dans les années à venir un rôle quasiment identique que la filière pêche au Sénégal durant sa période d’embellie. Il ne serait pas surprenant dans un horizon proche de voir l’émergence d’une véritable grappe aviculture au Sénégal. L’aviculture sénégalaise est aujourd’hui une filière qui revêt une importance socio-économique certaine.

Actuellement, 12 couvoirs assurent une offre annuelle de 21 millions poussins d’un jour.

La production de viandes de volailles est passée de 29 042 tonnes en 2005 à 55 839 tonnes en 2011, soit une augmentation de 26 797 tonnes, soit 92,26 % en valeur relative. Elle représente 27,94% de la production de viande en 2011 et est fournie par : 

- l’aviculture moderne pour 28 688 tonnes représentant un chiffre d’affaires à la vente au détail de 43 milliards de FCFA ; 

- et l’aviculture familiale avec 27 039 tonnes pour un chiffre d’affaires de 54 milliards de FCFA. 

Cette évolution positive de la production nationale de poulets de chair issue de l’aviculture moderne a permis de compenser le gap résultant de l’arrêt des importations.

La production d’oeufs de consommation est passée de 324 millions d’unités en 2005 pour un chiffre d’affaires de 16 milliards FCFA contre 494 millions d’unités en 2011 pour un chiffre d’affaires de 30 milliards soit une croissante unitaire de 34,4% et du chiffre d’affaires de 46,7% du fait de l’augmentation des prix de vente.

Entre 2005 et 2011, la consommation per capita en viandes de volailles est passée de 1,65 kg à 3,79 kg. En outre, le prix du poulet chair est en baisse continue depuis 2006 et la viande de poulet de chair reste la moins chère sur le marché sénégalais, comparée au bœuf et au mouton.

 

Go to top